Contactez-nous en écrivant à prospection@ferrailleprod.com
Suivez-nous:
 

Entre frictions, questionnements et parfois réponses, ces conversations sont la caisse de résonance de notre programmation. Cette année le festival propose une dizaine de rencontres et autant de planches pour l’apéro, rencontres intimistes autour d’une planche originale et son auteur. Toutes les rencontres (sauf *) se déroulent en extérieur dans le village des éditeurs.

Les griffes de la nuit…

Une rencontre avec l’autrice américaine Emil Ferris, animée par Sonia Déchamps.

Samedi 29 septembre – 14h00 – Médiathèque Françoise Sagan

Dans le monde de la bande dessinée, il se peut parfois, comme dans le vin, que le millésime ne soit pas exceptionnel. Et puis, soudain apparaît une oeuvre qui chamboule tout, qui nous ébloui. Le premier livre de l’américaine Emil Ferris est de ce tonneau, 800 pages (deux tomes) qui entremêlent virtuosité graphique et écriture étincelante. Emil Ferris tisse un récit labyrinthique qui, tout en multipliant les références aux Pulp, à Robert Crumb ou Maurice Sendak, impressionne par sa qualité littéraire. Entre drame familial et témoignage historique, Emil Ferris nous plonge dans le Chicago des années 60. Conçu comme le journal intime d’une petite fille de dix ans, Karen Reyes, qui vit dans un quartier pauvre de la ville industrielle. Elle est passionnée par tout ce qui touche à l’horreur et l’épouvante et préfère s’imaginer elle-même en loup- garou plutôt qu’en femme car selon elle, il est moins difficile d’être un monstre dans ce monde sans pitié. Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, nous prend doucement, comme un récit à la trame classique mais très vite un réseau souterrain de connexions infinies se mettent en place et la lecture devient vertigineuse. Emil Ferris nous emporte dans ce polar elliptique fou qui traite de la différence, des différences, de la peur, de l’enfance, de l’altérité… Les grands livres de notre vie nous invitent constamment à la relecture et Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, c’est sûr, restera longtemps à portée de main sur la table de nuit

0005
emil ferris
spirou

Spip Dating

Rencontre avec Émile Bravo et Tristan Garcia

Samedi 29 septembre – 15h30 – Médiathèque Françoise Sagan

Émile Bravo a imaginé le temps d’une histoire, le Spirou d’avant Spirou: un jeune orphelin de Bruxelles devenu groom à l’aube de la seconde guerre mondiale. Face à l’horreur et à la bêtise des hommes, il deviendra par la force des choses, non pas un héros, mais un être humain. Car la grande leçon du Spirou d’Émile Bravo c’est qu’on peut très bien vieillir sans faire l’expérience de l’humanité. Formula Bula propose une rencontre entre le dessinateur et le philosophe et écrivain: Tristan Garcia. Ils parleront d’enfance, de bande dessinée, cet art que le philosophe appelle « l’art des âges et des images ».

Tristan Garcia, né en 1981 à Toulouse, philosophe et romancier, enseigne à l’Université Lyon III Jean Moulin. Son premier roman, La Meilleure Part des hommes, est publié en 2008 chez Gallimard. Le livre reçoit un accueil globalement favorable des critiques et du public, ce qui en fait l’un des évènements de la rentrée littéraire 2008. Le roman a remporté le Prix de Flore 2008. Il est adapté au théâtre en 2012. Il publie en octobre 2011 un essai de métaphysique aux Presses Universitaires de France: Forme et objet. Un Traité des choses. Influencé par Alain Badiou, il s’inscrit dans le courant du réalisme spéculatif.

Entre cotes et marché de l’art…

Rencontre avec Lucas Hureau (MEL Publisher)
& Laurent Zorzin ( Arts Factory ), animée par Vincent Brunner

Samedi 29 septembre – 17h00 – Médiathèque Françoise Sagan

Votre enfant accumule des BD de toute sorte dans sa chambre ? Surtout ne le grondez pas ! Si ça se trouve vous avez sous votre toit un petit collectionneur à l’appétit insatiable ! Car en grandissant certaines personnes ne renoncent pas à leur petite marotte et en font même leurs métiers. Mais qu’est-ce qu’une collection? Comment la construit-on ? Pourquoi ? Comment doit-elle vivre ? Qu’est-ce qu’une cote ? Comment un auteur de bande dessinée s’expose dans une galerie ?… Lucas Hureau, directeur graphique de MEL Publisher et Laurent Zorzin, co-fondateur de la galerie Arts Factory, deux professionnels passionnés qui échangent ici leurs points de vue et images du monde de la BD.

Fleur
Capture d’écran 2018-07-12 à 15.49.16

Mohamed Ndepe Tahar

Dans le journal de Mickey le vieux, il narre sur 90 pages son trajet de Douala jusqu’à Nantes. Parti de la capitale camerounaise à l’âge de seize ans, Mohamed Ndepe Tahar a connu le désert, l’esclavage au Niger, la prison en Algérie et les barrières de Melilla, enceinte espagnole au Maroc, enclave européenne sur le continent africain.

Ligne de fuite

La bande dessinée pour raconter l’exil…

Rencontre Dessins sans Papiers & Encrages, animée par Charlotte Miquel et dessinée par Mohamed Ndepe Tahar.

Dimanche 30 septembre – 13h00 – Médiathèque Françoise Sagan

Depuis 2015, la question de l’accueil des personnes exilées est dans toutes les bouches. En France et presque partout en Europe, cet accueil a été si déplorable qu’on en est arrivé à systématiquement parler de « crise migratoire » quand c’est précisément d’une crise de l’accueil dont il s’agit. À moins que nous assistions à une crise de l’image. Celle véhiculée par les médias et les diverses propagandes gouvernementales à ce sujet est telle que des initiatives se sont créées de toute part pour lui en opposer une autre, moins comptable, plus humaine et plus digne.

Les initiatives que nous avons choisi de présenter ont pour objet ce qui nous intéresse aujourd’hui : le dessin. Si la bande dessinée s’est emparée du sujet à travers du reportage tout autant que de la fiction, les collectifs Dessins sans papiers et Encrages ont pris le parti d’inviter les personnes concernées à une participation active. Les publications de Dessins sans papiers ont permis à des exilés de raconter leur parcours et la situation dans laquelle ils se trouvent, d’exprimer leurs peurs et leurs désirs. Les ateliers menés par les illustrateurs d’Encrages s’adressent quant à eux aux familles. Dessiner est une pratique tout autant introspective que dirigée vers l’autre, celui ou celle à qui l’on montrera son dessin. Ce sont ces précieux moments d’échange que nous vous proposons de découvrir.
bulles

Teenage Kicks

Une rencontre autour de Art Jeeno Modérée par Xavier Guilbert

Dimanche 30 septembre – 14h00 – Médiathèque Françoise Sagan

Formula Bula aime les découvertes, le thaïlandais Art Jeeno en est une remarquable ! Très inspiré par le manga, Art Jeeno, grâce à un découpage dynamique et des personnages expressifs, retranscrit à la perfection les élans adolescents et les préoccupations juvéniles : les filles, le lycée, les filles, sans oublier le rock pour conjurer l’ennui et draguer les filles.
Juice-couv

Gumball, mystères et boules de gomme…*

Rencontre avec Ben Bocquelet et Willy Ohm

Dimanche 30 septembre- 15h30 – Médiathèque Françoise Sagan

* Rencontre ayant lieu dans l’auditorium de la médiathèque.

Petite visite guidée de l’univers déjanté de la série d’animation Gumball en compagnie de Ben Bocquelet , son créateur et Willy Ohm, character designer de la série et Ben Bocquelet, son créateur. Vous en avez marre de vos abdos avachis ? Cette rencontre en forme d’acmé du rire va les remettre au boulot !

gumball

LE MONDE INCROYABLE DE GUMBALL

Gumball Watterson, 12 ans, est un petit garçon comme les autres… Enfin presque ! Il a beau être un chat espiègle doté d’un optimisme à toute épreuve, lui et sa famille sont de véritables catastrophes ambulantes ! Son père, Richard, un gros lapin rose, glande à la maison pendant que sa mère, Nicole, trime dans une usine d’arcs-en-ciel. Tout ce petit monde vit dans la ville d’Elmore, un endroit un peu bizarre où des limaces poilues conduisent des voitures, des cactus arrosent leur jardin et des ballons attendent le bus scolaire pour Elmore Junior High. Cette série a conquis le cœur des geeks de 7 à 77 ans.

Ben Bocquelet

Benjamin «Ben» Bocquelet, né le 27 juin 1983, est un scénariste, producteur et animateur franco-britannique, connu pour être le créateur du Monde Incroyable de Gumball. Avant de créer cette série, Ben travaillait au Studio AKA, un studio d’animation indépendant situé à Londres. Il y fait la connaissance plusieurs personnes qui l’aideront par la suite lors du développement de sa série, notamment les réalisateurs Mic Graves et Grant Orchard. Ce dernier lui en apprit beaucoup sur le domaine de l’animation.

Willy Ohm

Né en 1982 à Bordeaux, Guillaume Clairat se passionne pour Dragon Ball depuis son plus jeune âge. Il étudie aux Arts Décoratifs de Strasbourg en section illustration. Ses premiers travaux sont publiés par le magazine Tchô! où il crée rapidement Bao Battle sous le pseudonyme OHM. Il collabore aussi à d’autres magazines de la presse jeunesse comme D-Lire. Il animera le 5 septembre une masterclass et un workshop pour le CEEA (Conservatoire Européen d’Écriture Audiovisuelle).

La réintroduction de l’Ourcq à Paris

Rencontre sur l’agroforesterie avec Nylso et Agnès Sourisseau

Dimanche 30 septembre – 17h00 – Médiathèque Françoise Sagan

Quand les festivaliers de Formula Bula embarquent à bord d’une Dédicroisière, ils sont loin de se douter que ce canal de l’Ourcq est capable de produire autre chose que des machines à laver ou des Vélib… Car un peu plus loin, au Nord de Paris, sur le bassin versant du canal il est un territoire pionnier de mutations agricoles via l’agroforesterie et la permaculture.Pas loin d’une demie-douzaine de producteurs de ce bassin de l’Ourcq, entre Paris et Meaux, incarne les nouveaux paysages qui vont nourrir les riverains. Le dessinateur Nylso, jamais en reste quand il s’agit de dessiner les arbres, les mottes de terre et les bois tordus, est allé faire un tour sur le site des Monts gardés, il nous en rapporte une brassée de dessins qui sont exposés lors de la rencontre.

Agnès Sourisseau & Les Monts gardés

Le site des « Monts Gardés » est un lieu-dit situé à 25 km à l’est de Paris. La création de lignes nouvelles ferroviaires à grande vitesse, a transformé ces terrains agricoles en un vaste délaissé de 35 hectares. Les sols agricoles ont été fortement dégradés. Agnès Sourisseau, paysagiste, missionnée par la SNCF au début des années 2000, pour l’aménagement des « dépendances vertes » du secteur, a mis en place sur ce site un programme de recherche afin de développer des techniques de boisement limitant les intrants et favorables à la restauration des milieux dégradés. Le dessin d’un nouveau paysage a été ainsi mis en place.

Nylso se lance dans la bande dessinée en autodidacte, en créant avec Jo Manix le fanzine Le Simo, en 1994. De revues en festivals, il participe à l’essor d’une bande dessinée de création, née des expérimentations d’auteurs-éditeurs s’emparant des techniques de production et de diffusion, sur le modèle des labels indépendants de rock qu’ils apprécient tant. Le personnage de Jérôme d’Alphagraph naît en 2000, dans le numéro zéro du fanzine hebdomadaire Chez Jérôme Comix. Nylso y improvise les aventures d’un apprenti libraire, qui découvre le monde à travers les livres et les voyages. Depuis plus d’une dizaine d’années, Nylso a créé une famille de lecteurs et d’auteurs qui se reconnaissent dans son fin trait d’encre (au rotring 0,1), support et prolongement de ses réflexions contemplatives.